Libre expression

 

Préparer l’avenir de Montesson tout en défendant notre cadre de vie

Un Plan Local d’Urbanisme (PLU) est un document qui fixe les grands axes de développement de la Ville et définit les règles en matière d’urbanisme.

Notre PLU actuel a dû intégrer lois imposées par l’Etat et qui visent à densifier toujours plus. Cela suscite des questionnements, voir des incompréhensions au sein de la population.

Afin de défendre davantage le cadre de vie si apprécié de Montesson, nous avons souhaité réviser notre PLU. Il sera plus protecteur de notre patrimoine, de notre environnement, respectueux de nos engagements en matière de construction de logements sociaux. Il ouvre également des pistes de développement pour les dix années à venir (durée de vie moyenne d’un PLU).

Lancée au début de l’année, la concertation avec l’ensemble de la population a duré plusieurs mois (ateliers et réunion publique). Les idées et suggestions émises par les Montessonnaises et les Montessonnais ont été largement reprises dans le projet de PLU qui vient d’être arrêté lors du Conseil Municipal du mois de juin.

Vous allez pouvoir continuer à vous exprimer lors de l’enquête publique qui se déroulera tout au long du mois d’octobre et début novembre. Parce que le Montesson de demain, commence cette année, nous vous invitons à venir nombreux pour donner vos avis et nous faire part de vos propositions. Ils pourront être repris (s’ils ne changent pas le cadre général) lors du vote définitif du PLU lors du Conseil Municipal du 19 décembre.

Les élus d’Action et Passion pour Montesson


Recherche d'un gain financier ou maintien d'une qualité de vie ?

La majorité municipale de droite, de l’ancien comme du nouveau monde, a choisi par mercantilisme la finance, plutôt que des valeurs humaines et écologiques que notre groupe défend sans faille! En pleine période de très fortes chaleurs de cet été, elle a donné ordre d’élaguer les arbres du quartier de La Borde côté Seine et ce, pour la première fois à compter du 1er juillet.  Cette commande ne tient pas compte des risques sur la santé des personnes fragiles, âgées et pour les enfants de ce quartier. Cette décision économique, repose seule, sur le gain financier au ramassage des branches et feuilles à l’automne. Cet élagage n’a absolument pas tenu compte du souhait des riverains, association, de ma question diverse au C.M., de différer ces travaux à compter du mois d’octobre, et de mon mail adressé à M. le maire le 28/06/19 (sans réponse). Nous souhaitions conserver ce couvert végétal en période de canicule, tant recherché dans d’autres villes pour sa production d’oxygène, sa fraîcheur engendrée et recommandée pour les organismes, sans oublier la pleine saison de nidification. Dans son projet municipal 2014, M. le maire proposait « une ville toujours plus verte » sans oublier « Un écoquartier à La Borde ».                                                                                                                                                   Dans le 4 pages « Ensemble Pour Les Yvelines » de juin,  Mme Bristol précisait et souhaitait « Rendre le cadre de vie plus agréable, plus facile et plus  durable ».                                 

Les Actes ne correspondent pas aux écrits … Les Montessonnais apprécieront !

N.B. : Tribune réclamée en juillet, diffusée en septembre.

Jean-Pierre CRET, élu de la liste « Montesson l’Humain d’abord »
Permanence le 1er samedi de chaque mois : 10h00-12h00
Bâtiment principal Parc des Sophoras


Zone agricole protégée : curieuses incohérences...

 

Lors des élections municipales 2014, nous avions été les seuls à proposer la création d’une Zone Agricole Protégée (ZAP) dans la Plaine de Montesson. Alors qu’elle ne figurait pas dans son programme, le maire a décidé de la créer en 2018 : c’est très bien et cela prouve qu’on ne disait pas autant d’âneries qu’il le prétendait !

 

Le principe de la ZAP acté, il s’agissait ensuite d’en définir le périmètre. Mais le maire a proposé au conseil municipal d’inclure des terres pas ou peu exploitables, situées en périphérie de la Plaine : au sud de la A14, le secteur « Côte du Val », qui comprend 30 hectares mais seulement 4 à 5 exploités ; les parcelles Espérance 3 à la Borde, qui ne comportent que des friches ; les anciennes sablières, dans la zone des Châtaigniers, qui sont des…remblais ! A l’inverse, une zone cultivée près du château d’eau de Carrières sur Seine n’est pas incluse : cherchez l’erreur…

 

Quelle est la cohérence à protéger des parcelles non cultivables ? En réalité, le seul objectif du périmètre choisi par la majorité semble bien de bloquer le foncier, en incluant des parcelles appartenant à l’Etat et normalement destinées à la construction de logements. Pourtant, l’Etat resterait bien propriétaire de ces parcelles et aurait la possibilité de reprendre la main à l’avenir. Dans cette configuration, à quoi sert donc un tel périmètre, sinon à gagner du temps ?

 

Avec seulement 16 % de logements sociaux, Montesson fait partie des 19 communes des Yvelines (sur 262) qui ne respectent pas la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU), adoptée en 2000, laquelle fixe un taux minimum de 20 % (et même 25 % en 2025). Ce non-respect de la loi a eu pour conséquence la perte du droit de préemption de la commune, au profit de l’Etat. Au moment où elle est forcée de construire, la commune n’a donc plus la maîtrise totale de son foncier, c’est malin… La majorité municipale a beau jeu d’agiter l’éternel chiffon rouge « préserver la Plaine ! », ses choix tordus risquent d’aboutir à l’effet inverse.

 

Nous n’avons donc pas approuvé ce périmètre incohérent et souhaitons que le maire et sa majorité revoient leur copie, en concertation avec les acteurs concernés (associations, exploitants agricoles, propriétaires fonciers). L’objectif doit bien être de préserver les terres agricoles fertiles et les espaces naturels, et non pas de sanctuariser des friches inutiles.

 

Vos élus : S. Thialon, F. Rogé, G. Biancorosso