Libre expression de l'opposition

Montesson Magazine n°9 /septembre 2017

L'inconnu de la taxe d’habitation

Le gouvernement Macron souhaite supprimer la taxe d’habitation pour plus de 80 % de la population. Celle-ci est la principale source de finance des communes. Pour l’instant, c’est une grande inconnue, car les modalités de cette réforme n’ont pas été communiquées. Le gouvernement souhaite compenser la disparition de cette taxe par une augmentation de la CSG.

Le gouvernement affirme qu’il compensera à 100 % la perte générée pour les communes. Les incertitudes suscitent des inquiétudes: Cela signifie moins de liberté pour les communes, dont les finances seraient dépendantes de l’État. Or l’État n’a plus d’argent. Quelles garanties a-t-on qu’il reversera bien la même somme et dans les mêmes délais? De plus, cette compensation n’évoluerait-elle pas dans le temps? Que va-t-il se passer pour les villes constructrices comme Montesson? Si l’État prend en compte l’ancienne population et qu’il ne la remet pas à jour, celles-ci seront fortement pénalisées, car alors 80 % des nouveaux habitants seront à 100 % à la charge de la commune.

Rappelons que l’État a toujours pénalisé les communes bâtisseurs comme Montesson pour la distribution de la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement). Ainsi, à population similaire, Montesson reçoit beaucoup moins que les autres communes de la Boucle. Comparé au Vésinet, qui a une population comparable en nombre, Montesson reçoit 53 € par habitant alors que Le Vésinet reçoit 145 € par habitant! Le gouvernement socialiste avait promis qu’il y aurait un minimum de 90 € par habitant ce qui représenterait presque 600000 € par an de plus pour Montesson. Que fera le nouveau gouvernement

Les élus d’Action et Passion pour Montesson



Devoir de mémoire locale

La cérémonie de commémoration du 14 juillet, square de la Libération à Montesson La Borde, a été supprimée par la majorité municipale en accord avec l’association des anciens combattants incertains d’assurer leur présence.

Ce rendez-vous annuel dérangeait surement certaines personnes! que rappelait-il: « Le 14 juillet 1944, les Allemands sont encore cantonnés aux Sophoras et à Théophile Roussel. Bravant le danger pendant la nuit, des jeunes gens dressent un mât dans la carrière à Valot (à l’emplacement de l’actuel hypermarché), avec un panneau sur lequel était inscrit: « Ce drapeau est l’emblème de la patrie et le symbole de la liberté, découvre-toi et fleuris-le ». Pendant toute la journée, des groupes se rassemblent et déposent des fleurs aux trois couleurs. A chaque commémoration dans ce square, une gerbe était déposée au pied d’une stèle portant les noms des Montessonnais résistants et déportés morts en 1939-1945, ceux des adultes et des enfants des trois familles juives arrêtés en mars 1944 avenues Audran et Messager, déportés et gazés à Auschwitz, dont cinq enfants de la famille Sic-Sic, qui ont fréquenté l’école publique Ferdinand Buisson.

Nous sommes profondément opposés à l’arrêt de cette commémoration, mais également au projet de déplacer la stèle (propriété des anciens combattants) au cimetière de Montesson, nous souhaiterions même, qu’une plaque municipale en souvenir des familles et enfants juifs Montessonnais, exterminés à Auschwitz par les nazis, soit apposée sur l’école Ferdinand Buisson ou à proximité immédiate, devoir de mémoire vis à vis de nos enfants.

J’assure une permanence le 1er samedi de chaque mois: 10h-12h – Bâtiment principal Parc des Sophoras

Jean-Pierre CRET, élu de la liste « Montesson l’Humain d’abord »

C’est la rentrée… et la fête à la gabegie !

La majorité municipale diminue, au 1er septembre, le service public de cantine pour « faire des économies », mais elle refuse de diminuer d’autres dépenses qui ne sont pourtant pas indispensables.

Exemple: la commune verse chaque année au Comité d’animation de la Ville (CAVM) 43650 € de subvention.Cette somme, qui représente 80 % du budget de l’organisme, sert en réalité à couvrir… 2 jours de festivités du Pâté à la Carmen!

La réduction de 50 % de cette subvention permettrait de financer 10900 repas de cantine supplémentaires par an et soulagerait les parents de l’augmentation programmée des tarifs de 30 % en moyenne.

Autres pistes d’économies que nous avons proposées, mais qui ont été refusées ou ignorées par la majorité municipale: la réduction des budgets consacrés aux dépenses de communication et aux indemnités d’élus, la réduction de l’amplitude horaire de l’éclairage public et un effort pour limiter le gaspillage à la cantine.

La fête du Pâté à la Carmen aura bien lieu, comme chaque année, fin septembre. Mais qu’allons-nous fêter? Le fait que des parents doivent payer jusqu’à 2 € de plus un repas de cantine? Le fait que certains pourraient retirer leurs enfants de ce service? Ou la fête à la gabegie permanente?

Bonne rentrée à tous quand même!

Vos élus du Nouvel élan pour Montesson :
Sylvain Thialon, Frédérique Rogé, Guy Biancorosso.