Libre expression de l'opposition

Montesson Magazine n° 8 / Mai 2017

L’heure des choix

C’est avec beaucoup de regrets que la commune doit renoncer à subventionner le prix des repas de la cantine sauf pour les familles les plus fragilisées.
En 3 ans, l’Etat a baissé de 1,2 millions d€ par an sa contribution à nos dépenses, tout en nous imposant une contribution nouvelle le FPIC (Fonds National de Péréquation des Ressources Intercommunales et Communales) de 300 000 € par an.
Nous devons donc trouver des économies pour palier à cette baisse de dotation qui impacte directement les dépenses de fonctionnement. L’ultime recours pour payer les dépenses de fonctionnement serait une augmentation très importante des impôts.
On nous cite l’exemple du Vésinet dont le prix de la cantine est plus bas pour les familles à faibles revenus mais on oublie de dire qu’il a été procédé à une augmentation massive des impôts (plus 50 %). Les Vésigondins contribuent à hauteur de 12,8 millions d’€ d’impôts quand les Montessonnais versent 7,2 millions d’€. Nous devrions augmenter nos impôts de 78 % pour être à égalité. Mais, Montesson conserve un atout, c’est son très faible endettement et son anticipation pour le financement d’investissements lourds comme la digue de la Borde.
Si demain, nous étions dans l’obligation d’emprunter, ce serait une charge nouvelle dont il faut prévoir les remboursements, c’est donc dans l’intérêt de tous les Montessonnais que nous avons dû faire ce choix douloureux.

Les élus d’Action et Passion pour Montesson



Budget 2017

Comme les années précédentes, le budget 2016 dégage un solde positif au compte administratif « Ville » de 6 236 270 € et pour « l’Assainissement » un excédent de 533 697 €, conséquence d’un glissement annuel de travaux non exécutés, permettant de justifier une hausse des recettes (impôts) et une baisse des subventions. De ce fait la majorité municipale LR-UDI augmente sur le budget 2017, les 3 taxes communales de 3 % après une réévaluation forfaitaire de la valeur locative de 0.4 % par l’état. Cependant, pour expliquer ce choix politique, la majorité municipale annonce que pour les Montessonnais, cette augmentation devrait se traduire par une baisse de -2.5 % d’impôt, du fait de la prise en compte par la CASGBS, sur la taxe d’habitation, des taux d’abattement pratiqués par Montesson. Nous vous laissons juge de ce tour de passe-passe…
Nous prenons bonne note du quotient familial annoncé pour les repas scolaires à compter du 1er septembre 2017, tant de fois réclamé par notre groupe. Nous sommes satisfaits qu’un plafond du quotient familial ait été mis en place (reste à appliquer sur tous les quotients familiaux municipaux), mais nous n’approuvons pas le nombre insuffisant de tranche (3) ce qui laisse toujours à un niveau insupportable, le coût d’un repas pour la première tranche (4,41 €), nous sommes également en désaccord avec la forte diminution de la participation de la commune à ce service public. Dans ce budget 2017, une économie aurait pu être faite en supprimant la subvention aux 5 écoles maternelles privées, sans contrat avec l’état, marque de la majorité municipale de l’irrespect de l’équité cultuelle et de la laïcité.
J’assure une permanence tous les 1ers samedis de chaque mois : 10 h-12 h – Bâtiment principal Parc des Sophoras

Jean-Pierre CRET, élu de la liste « Montesson l’Humain d’abord »

Cantine scolaire : la fin du service public

La majorité municipale a décidé d'augmenter brutalement les tarifs de cantine scolaire au 1er septembre. Aujourd'hui, les familles montessonnaises paient 4,41 €, par repas, par enfant : elles assument 70 % du coût réel (6,41 €).

Demain, 71 % des familles paieront 6,41 € par repas (2 € de plus) et assumeront donc 100% du coût. C'est la fin du service public : la cantine deviendra un luxe pour l'immense majorité des familles, tandis que Ies autres ne paieront « que » 5,41 € ou 4,41€., soit autant ou 1 € de plus qu'avant.

Cette situation n'existe nulle part ailleurs. Au Vésinet, le tarif le plus bas est infêrieur à 2 €., le plus élevé est inférieur à 6 €. Partout en France, dans un établissement scolaire public, une faculté, une administration, une entreprise privée, l'élève, l'étudiant ou le salarié ne paient jamais le « vrai > coût du repas, toujours partiellement financé par la collectivité ou l'employeur. Sauf à Montesson. Pourquoi alors payer des impôts locaux qui augmentent chaque année depuis 3 ans ?

Cette mesure est inefficace: l'économie pour la commune, en année pleine, atteindra à peine 300 000 €, une goutte d'eau comparée aux 15 millions d'€ de nos dépenses de fonctionnement et de nos 7 millions d'€ de réserves de trésorerie !

Cette mesure est injuste: le même jour, la majorité a aussi voté la hausse des indemnités du maire et des adjoints, dont certains bénéficieront, en plus, de la hausse des indemnités d'élus communautaires !

Nous avons, bien sûr, voté contre ces décisions politiques inacceptables et scandaleuses et nous nous mobiliserons, dans les semaines à venir, pour que la cantine scolaire reste un service public accessible à tous les enfants,

Vos élus : Sylvain Thialon, Frédérique Rogé, Guy Biancorosso.
Contact : eluspsmontesson@gmail.com