Libre expression

Montesson Magazine n°10 /décembre 2017

Urbanisme : protégeons notre cadre de vie

Comme dans certaines communes de la région parisienne, des Montessonnais, propriétaires de pavillon sont contactés par des promoteurs immobiliers afin d’acquérir leur bien. En général, la Mairie et le service urbanisme ne sont pas informés de ces propositions. Le but de cette démarche est de contacter plusieurs propriétaires dont les biens sont mitoyens pour les regrouper et élaborer un projet de construction d’immeuble. Certains offrent des prix faramineux pour construire des bâtiments monstrueux. Si la Mairie leur demande de proposer des projets plus raisonnables, alors, ils se retournent vers les propriétaires en disant que le prix ne peut que baisser à la demande du Maire !
Mais la législation autorise ces constructions même si notre PLU (Plan Local d’Urbanisme) impose un certain nombre de règles.
L’Etat demande aux communes de construire pour pallier au manque de logements en ile de France mais elles ne sont pas complètement maître des constructions ayant l’obligation d’atteindre le seuil de 25% de logements sociaux en 2025 (aujourd’hui Montesson 16%). La loi SrU demande d’établir un lien étroit entre les documents d’urbanisme et la production de logements afin de construire plus de logements en zone tendue (ile de France), en densifiant et en développant la mixité sociale.
Le PLU de la commune est mis en révision et la principale modification sera de rendre accessible à la construction terres Blanches2 aux rabaux (19 hectares).

Les élus d’Action et Passion pour Montesson



EHPAD : l'humain ou le profit ?

Les établissement d’Hébergement pour Personnes Agées dépendantes, gérés de façon ultra libérale par de grands groupes privés (Korian, orpéa, domusVi, Colisée…) pratiquent des coûts d’hébergement exorbitants, scandaleux, inhumain (en moyenne 2000 à 5000 €/ mois) avec un taux de croissance des profits, supérieurs à 15 %/an. Les financements sont répartis de la façon suivante :
1/hébergement supporté par le résident et des aides sociales, 2/soins pris en charge par l’assurance maladie,
3/dépendance partiellement acquittée par le département.
Ces tarifs élevés ne garantissent pas forcément le confort et les soins promis: manque criant de personnel, nourriture de mauvaise qualité (prix de revient des repas journaliers : petit déjeuner, déjeuner, goûter, diner : entre 4,35 € et 4,90 €), produits d’hygiène rationnés avec parfois de graves conséquences sur le bien être des personnes âgées.
Sur Montesson, un EHPAd géré par la fondation Léopold Bellan, à but non lucratif, devrait ouvrir ses portes vers le 2e semestre 2018 : 84 chambres avec un coût d’hébergement fixé à 73 €/jour.
Cet établissement serait composé de 4 unités de soins, 2 classiques de 28 lits et 2 de soins Alzheimer de 14 lits. Sont également prévus un pôle accueil de jours de 10 places, un pôle d’activité et de soins adaptés de 14 places pour les malades Alzheimer. Aucun gouvernement socialiste, Lr ou LrEM n’a eu pour objectif de mettre en place une véritable politique publique concernant la perte d’autonomie et le handicap. Au contraire, dans ce domaine, comme pour le reste de la santé, ce sont les restrictions budgétaires et le business, qui priment, bien loin de la satisfaction des besoins et du respect pour les personnes âgées. Notre groupe vous souhaite, malgré la diminution du pouvoir d’achats, de bonnes fêtes de fin d’année. J’assure une permanence tous les 1ers samedis de chaque mois : 10 h-12 h – Bâtiment principal Parc des Sophoras


J’assure une permanence le 1er samedi chaque mois :
10h-12h Bâtiment principal Parc des Sophoras

Jean-Pierre CRET, élu de la liste « Montesson l’Humain d’abord »

Echangeur de l'A14 : c'est loin d'être fini !

dans Montesson Actu n° 13 de novembre 2017, la majorité municipale l’affirme: « non, il n’y aura pas d’échangeur » de l’A14 dans la Plaine. Le maire utilise toujours la même grosse ficelle. Circulez, il n’y a plus rien à voir…
Voici 20 ans, l’ouverture de l’échangeur était soumise à 3 conditions :
- la création d’un péage à Chambourcy : c’est fait depuis 2009 ;
- la création d’infrastructures aux abords de l’autoroute : c’est la fameuse Voie nouvelle que réalise en ce moment-même le Conseil départemental des yvelines, à la demande du maire. Au-delà du coût (100 millions d’€), on peut s’interroger sur le nombre et la localisation des ronds-points « placés » exactement comme il faut pour l’arrivée d’un échangeur…
- un tunnel de la défense désengorgé : pour l’instant, il est saturé. La Communauté d’agglomération CASGBS (où siège notre maire) s’apprête à signer avec Grand Paris Aménagement une
convention de partenariat qui prévoit « l’étude de l’opportunité d’un nouvel échangeur » dans le cadre du projet d’installation d’un pôle commercial et ludique à Carrières-sur-Seine.
il serait temps que la majorité municipale cesse de prendre les Montessonnais pour des imbéciles et dise plutôt la vérité sur le processus en cours : les conditions d’arrivée de l’échangeur se précisent de jour en jour.
Dans ce cadre, la responsabilité du maire n’est pas de faire des incantations, mais de prendre en compte la réalité et de sauver ce qui peut encore l’être, notamment en créant la zone agricole protégée (ZAP) que nous proposons depuis 2014, sur le modèle de celle de Vernouillet.

Vos élus du Nouvel élan pour Montesson :
Sylvain Thialon, Frédérique Rogé, Guy Biancorosso.